Le zéro déchet : une tendance à suivre

La sensibilisation de réduire tous les déchets au maximum est de plus en plus en vogue. Mais qu’en est-il vraiment de ce concept zéro déchet ? Et d’où vient la tendance ?

Présentation du concept

Le concept de « zéro déchet » est une stratégie issue d’une théorie consistant à réduire la quantité de déchets apportés par la civilisation industrielle. Elle repose notamment sur le changement des processus de production et la promotion de la re-conception des cycles de vie des produits. C’est la ruée vers le mode de vie éco-responsable. Il a pour objectif de favoriser la réutilisation de tous leurs composants. Ce concept mise en outre sur la modification en profondeur des procédés de valorisation des déchets, en optant pour l’élimination totale du stockage en décharge ou de la combustion partielle en incinérateur. De ce fait, il a pour objectif de réduire à zéro la production de déchets ultimes et de substances toxiques, dangereuses pour la santé ainsi que l’environnement.

C’est une autre façon de changer la manière de vivre, pourquoi pas, il faut réduire les déchets. Elle répond parfaitement à la surconsommation de la société actuelle et à la pollution de l’écologie. Zéro déchet consiste à consommer moins mais de façon responsable. Tout commence dans les foyers. En y adoptant de nouvelles habitudes pour minimiser les déchets, cela en va de soi une fois à l’extérieur, au travail ou à l’école ou dans d’autres endroits publics ou non. Dans les supermarchés, vous pouvez refuser les modes jetables, les échantillons gratuits, les produits à usage unique, les produits sur-emballés ou également les produits de basse qualité et non durables. Il faut apprendre à réutiliser les objets et en acheter des matériels consistants. Le seul but reste de désencombrer du superflu, des objets inutiles.

zero-dechet-tendance

L’arrivée de la tendance « zéro déchet »

Tout le monde en parle : les magazines, les réseaux sociaux, la télévision mais d’où vient exactement la tendance. L’histoire remonte il y a quelques années déjà où le terme « zéro » est très populaire : zéro pour-cent de cholestérol, zéro pour-cent de matière grasse, zéro sucre, zéro énergie, ou encore zéro maquillage ou zéro ride, et autres. Vient par la suite le « zéro déchet ». Cela fait réellement une trentaine d’années, dans les années 80, qu’il est apparu en Californie, sous l’appellation à l’époque de « zero waste ». Le principe est toujours le même : réduire la quasi-totalité des déchets. Pour cela, il faut consommer de manière intelligente. Depuis lors, ce nouveau style de vie connaît un réel succès.

En France, la française Béa Johnson ayant vécu aux États-Unis qui l’a lancé. Son défi est de faire tenir l’équivalent d’une année de déchets pour sa famille formée de 4 personnes dans un bocal de 1 litre. Elle se sert des bocaux vides pour faire la course, et elle n’achète aucun produit emballé. Elle a même écrit un livre intitulé « Zéro déchet », qui est un best-seller pour décrire ses astuces.

Malgré tout, jusqu’à maintenant, « zéro déchet » semble un objectif imaginaire, un projet intermédiaire permettant d’accéder à un réel équilibre entre l’impact de la vie humaine et l’environnement.